La directrice actuelle du FMI doit prendre la tête de l’un des postes les plus importants de l’Europe, et cela dès novembre prochain.

Depuis la création de ce poste il y a 21 ans, Christine Lagarde sera la quatrième a assumer la responsabilité de ce poste. Et surtout, elle va surtout devenir la première femme à assurer la présidence de la BCE (Banque Centrale Européenne).

Parmi tout le brouhaha dans lequel étaient les dirigeants de l’Union Européenne ce mardi 2 juillet, le nom de l’actuelle présidente du FMI et ancienne ministre de Nicolas Sarkozy est celui qui est ressorti pour mettre d’accord tout le monde. Cependant, cette approbation globale pourrait être remise en question si jamais le Parlement européen décidait de ne pas appuyer la nomination d’Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne.  

En ce qui concerne l’intéressée, elle a annoncé être « très honorée » et se retire provisoirement de ses actuelles fonctions au Fond Monétaire International (FMI).

Le choix de Christine Lagarde est le résultat de l’aboutissement à une parité parmi les 4 dirigeants sélectionnés par les chefs d’États et de gouvernement des différents États membres de l’Union Européenne. Dans cet état, cette nomination assure à la France un poste de choix, souvent perçu comme le poste le plus important et puissant en Europe, après celui de président de la Commission européenne.

En plus de ses compétences économiques, Christine Lagarde qui remplace Dominique Strauss-Kahn depuis 8 ans possédait l’avantage d’être issu du parti de la droite européenne, le PPE. De plus, elle entretient de très bonnes relations avec Angela Merkel, la chancelière allemande.

En ce qui concerne sa prise de poste, elle est prévue pour le 1er novembre prochain, pour faire suite à l’arrivée à terme du mandat du président actuel, l’italien Mario Draghi.

Catégories : Blog