Le groupe bancaire international français BNP Paribas fait la une de l’actualité après que le conglomérat, avec le Crédit Agricole et la société d’investissement Caisse des Dépôts, a annoncé le lancement d’un projet explorant une monnaie interbancaire numérique. L’entreprise en question comprendra également la société de solutions de tokenisation Tokeny et The Blockchain XDEV (une filiale du groupe Blockchain). En fait, les membres du projet ont même fait appel à d’autres participants internationaux, le projet devant être achevé d’ici 2021.

La blockchain, avenir du secteur bancaire ?

Les participants en question ont choisi les technologies de chaînes de blocs Ethereum et Tezos pour explorer comment les transactions financières impliquant des actifs numériques peuvent être réglées sur des plateformes. Il convient toutefois de noter que l’annonce du Blockchain Group n’explique pas pourquoi Ethereum et Tezos ont été choisis.

On pourrait dire que les récents projets de ConsenSys ont envoyé un signal à plusieurs banques centrales pour explorer la technologie d’Ethereum, surtout après qu’elle ait annoncé l’élaboration d’un PoC avec la Banque de Thaïlande pour un Baht numérique. En fait, ConsenSys s’est également associée à la HKMA pour un essai de paiement transfrontalier avec la Thaïlande dans le cadre de la deuxième phase du projet Inthanon-LionRock.

France, terre d’expérimentations

En Europe, Consensys a annoncé une collaboration avec la Société Générale sur des tests avec la Banque de France. En fait, la Banque centrale française avait annoncé la sélection de huit entreprises pour participer à ses essais en gros, l’une de ces entreprises étant Société Générale, une entreprise utilisant Tezos comme plateforme pour ses essais.

L’annonce précitée indiquait également que ces entités feront des essais pour voir si les transactions de jetons ou de titres au sein des réseaux de la chaîne de blocs sont atomisées. Les participants prévoient de tester la fonction de livraison atomique qui pourrait augmenter la vitesse des transactions et réduire les coûts. Les partenaires recueilleront également des informations sur l’aspect juridique des transactions dans le cadre du projet. Ils ont l’intention d’utiliser ces informations pour contribuer aux travaux exploratoires de l’Union européenne sur la réglementation des biens numériques.

Catégories : Blog